Get Adobe Flash player

Enote

E-Instruction

Web Mail

Informations Pratiques

http://auozt.ma/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/179348tamegroute01.jpg http://auozt.ma/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/524017zaouiat.jpg http://auozt.ma/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/187588ait_ben_haddou2.jpg http://auozt.ma/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/353399kasbah_taourirt4.jpg http://auozt.ma/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/822406ait_ben_haddou4.jpg
/fr/prtique/autorisation-construire.html /fr/prtique/autorisation-lot.html /fr/prtique/autorisation-mor.html /fr/prtique/demande.html /fr/prtique.html

Identifiant



ISO 9001

Paysage urbain du Grand Ouarzazate

 

Des chefs-d'œuvre en péril

Une rencontre a fait le point sur la situation sur fond de projections dans l'avenir.

Publié le : 01.04.2011 | 16h51

Grande animation au Palais des Congrès de Ouarzazate où s'est tenue, le 24 mars, une journée de réflexion sous le thème « l'Amélioration du paysage urbain du Grand Ouarzazate » organisée par les autorités de la province par la Société Al Omrane Agadir et l'Agence urbaine de Ouarzazate-Zagora et animée par Abdeslam Cheddadi, historien et philosophe.

 

Architectes de la région, élus, universitaires des provinces de Ouarzazate, Tinghir, Zagora et Rachidia et de la capitale sont tous au rendez-vous pour faire un constat du présent et pour se projeter dans l'avenir. Mohamed Boussalh, conservateur et ethnologue, directeur du CERKAS a dressé, à l'aide de diapositives et photos datant de plusieurs époques, le long parcours historique et architectural de Kasbah Taourirt de Ouarzazate qui grâce à la restauration effectuée par le CERKAS depuis quelques années, a gardé toute sa splendeur pour devenir un joyau de l'architecture berbère.

Mais cette région, très riche en patrimoines architecturaux, en ksours, en mosquées en kasbahs, en Iguiddras (greniers) qui témoignent d'une culture ancestrale et qui a fait l'objet de très beaux ouvrages de l'architecte Salima Najji, s'est fragilisée au fil du temps mettant en péril toute une culture. Il n'y a pas que les outrages du temps qui passe, il y a aussi une forme de perversion de modernité qui fait que des gens de la région construisent des grandes maisons en béton pour montrer leur réussite sociale, dénaturant ainsi tout l'environnement. «L'actuel tissu urbain est en complète contradiction avec cette esthétique et dénature complètement le paysage urbain de la région», souligne Leila Zaghloul passionnée par cette question de préservation du patrimoine.

D'où l'initiative de lancer le projet d'élaboration de la charte architecturale dont se dotera prochainement la ville de Ouarzazate, qui définirait une stratégie de développement urbain, en toute concordance avec la sauvegarde du patrimoine historique et les traditions culturelles de la région.
Il est également prévu d'élaborer un manuel de construction avec les matériaux locaux et d'un modèle de sauvegarde des Kasba et de Ksour. L'élaboration d'un manuel de construction en terre va encourager les promoteurs et les investisseurs à reprendre ce type de construction qui est le seul à être adapté pour la région compte tenu du climat et de la température, etc. Les retombées positives de cette action seront que le savoir-faire de ce type de construction ne se perdra pas, comme cela est arrivé dans beaucoup de pays, le Maroc étant l'un des rares pays au monde à avoir encore des maalams qui maîtrisent cette technique. La deuxième retombée positive est que le paysage ne sera plus défiguré par le béton, qui d'ailleurs n'est pas du tout approprié pour cette région.

Le gouverneur de la région de Ouarzazate, Abdesslam Bekrate, rappelle pour sa part qu'il va falloir accélérer le rythme, car si la région dispose d'un patrimoine exceptionnel qui n'existe nulle part ailleurs, il est également sujet à une grande dégradation à laquelle il est urgent de remédier. Abdelaziz Didi Hassan, directeur de l'Agence urbaine de Ouarzazate-Zagora, a diagnostiqué les dysfonctionnements du paysage urbain de Ouarzazate. Ces dysfonctionnements sont engendrés par un cadre bâti dénué de toute harmonie et d'homogénéité, lorsqu'il s'agit du réglementaire, et d'un important déficit en matière d'équipement en infrastructures et de proximité, lorsqu'il s'agit de constructions non réglementaires. Certaines constructions sont même menacées de risques d'inondation et d'effondrement. S'ajoutent à cette dichotomie du paysage urbain, les douars nouvellement intégrés au périmètre urbain et qui, comme pour l'habitat non réglementaire, ne bénéficient d'aucune condition de salubrité.

Ces dysfonctionnements sont également présents au niveau des espaces publics dont l'occupation anarchique, la dégradation des chaussées, l'absence de trottoirs, le délaissement des espaces verts et des places publiques en font des lieux peu valorisés, ne profitant que très peu aux usagers de la ville.
La dernière intervention a été présentée par Sébastien Moriset, architecte au Centre international de la construction en terre de l'École nationale supérieure d'architecture de Grenoble. Sébastien Moriset a développé trois points essentiels se rapportant aux pratiques constructives traditionnelles et au fait que le matériau terre connaît un renouveau à travers des projets contemporains audacieux dans de nombreux pays du monde. Il déplore le fait que la région impressionne le monde entier par la richesse de son patrimoine architectural, mais que celui-ci reste en décalage avec la production architecturale actuelle. Pourtant les atouts de la construction en terre sont nombreux.

Il a ainsi développé les opportunités de ces pratiques constructives à travers différents paramètres comme l'intégration dans le territoire, car le matériau terre et le pisé contribuent à la qualité des paysages de la province ; le rôle culturel : une culture à réactiver en créant les usages des bâtiments inutilisés; le cachet architectural qui représente un chef-d'œuvre à l'échelle locale ; l'aspect de confort thermique, l'isolation acoustique et le bon éclairage naturel ; le rôle social du matériau terre qui permet de développer des actions à visée sociale tant en sensibilisation publique qu'en formation. Au niveau de l'économie locale, la construction en terre permet d'utiliser des ressources disponibles en abondance localement, de réutiliser des savoirs et des savoir-faire parfaitement maîtrisés et d'induire une économie sur le coût global et les dépenses énergétiques, les murs épais en terre étant de bons régulateurs d'humidité et de température. Enfin, l'aspect écologique qui montre que la terre est le matériau le moins émetteur de gaz à effet de serre (GES).

Trois ateliers portant sur la redéfinition de la qualité architecturale : Espace public et Paysage et Urbanisme et aménagement ont permis d'approfondir les différentes thématiques et de sortir avec des recommandations. Des recommandations qui sont matière à espérance et qui nous rappellent les efforts réalisés parmi les nombreux sites d'architecture de terre que compte le Maroc dans des vallées présahariennes où figure le Ksar Aït Benhaddou, à proximité de Ouarzazate. Ce site exceptionnel, qui a fait l'objet d'un agenda 21 domine la vallée d'Ounila et borde l'une des anciennes routes du commerce caravanier. Selon Emamnuel Casterlé, ancien ambassadeur du PNUD, et Monceyf Fadili, auteur de cet ouvrage, ce site constitue un exemple accompli de ce que les hommes ont créé, au fil des siècles, en matière de construction et d'organisation communautaire. D'autre part, le site tire avantage de sa position depuis son inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987, distinction qui en fait dès lors un bien culturel à valeur universelle. La conjugaison des efforts engagés par le ministère de la Culture, avec l'appui de l'UNESCO et du PNUD, a permis d'engager un certain nombre d'actions de valorisation du ksar, afin de l'inscrire dans le cadre d'une stratégie de sauvegarde du patrimoine.

Reste qu'aujourd'hui les outrages du temps se font de plus en plus sentir et les modalités de restauration et d'aménagement se révèlent aujourd'hui en deçà des engagements de sauvegarde et de promotion dont devrait bénéficier le ksar. Une démarche a été préconisée par le PNUD, en partenariat avec le ministère de la Culture et l'UNESCO, qui consiste à relever le défi de la sauvegarde et de la réhabilitation du ksar par une méthode privilégiant l'intégration du site à son environnement économique et social.

Celle-ci devrait en premier lieu s'appuyer sur un processus de dialogue et de concertation avec l'ensemble des acteurs locaux, l'objectif visé étant de mettre en œuvre une dynamique de gestion du patrimoine inscrite dans une perspective durable. Cette approche, à la fois innovante et mobilisatrice des potentialités locales, a pour ambition de redonner la vitalité et l'espoir nécessaires pour fédérer les acteurs locaux, notamment les élus et la société civile, autour d'un projet collectif dont les instruments s'appuient sur le processus Agenda 21 local. Au-delà du caractère pilote de cette démarche et de l'intérêt que lui ont manifesté les acteurs locaux, ce projet, tel que formulé dans le présent ouvrage, indique M. Casterlé, se veut une synthèse entre gestion du patrimoine et développement durable, mais aussi une contribution au renforcement de la gouvernance locale et à la mise en œuvre des objectifs du Millénaire pour le développement. Sans doute faudrait-il revisiter ces méthodes du «faire ensemble» qui permettent de mieux lutter contre les outrages du temps et… de l‘homme.

Urbanisme, aménagement et architecture

- Préserver les espaces des cultures vivrières des quartiers intégrés dans le périmètre urbain.
- Intégrer le concept d'urbanisme bioclimatique dans les documents d'aménagement et d'urbanisme.
- Créer un équilibre entre les deux rives de la ville tout en intégrant les quartiers marginalisés.
- Assouplir le dispositif juridique en vigueur pour encourager les constructions en terre.
- Tenir compte des spécificités locales dans l'élaboration des documents d'urbanisme.
- Nécessité d'une approche participative de sensibilisation au bien fondé des constructions traditionnelles et de l'utilisation des matériaux locaux.
- Capitaliser les expériences marocaines sur la filière terre.
- Ne pas se contenter de quelques actions ponctuelles pour relancer la construction en terre, mais instaurer une plateforme de travail déclinée au niveau des régions dans toute la filière de la construction (les communes, les BET, les banques, etc.).
- Veiller à la transmission des compétences des maalams aux générations futures et instaurer des filières de formation aux métiers de construction en terre.
- Remédier au vide juridique par l'élaboration d'un manuel de construction en terre.

Par Farida Moha | LE MATIN

 

 

Autres Articles

 

 

 

Calendrier d’événement

Novembre 2017
D L Ma Me J V S
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

Articles journaux

Prev Next

Région d'Ouarzazate 46 documents d'urban

Région d'Ouarzazate 46 documents d'urbanisme lancés en 2010

  Publié le : 05.01.2011 | 08h26 L'Agence urbaine d'Ouarzazate-Zagora-Tinghir (AUOZT) a procédé, en 2010, à la gestion 46 documents d'urbanisme se rapportant à un nombre de communes urbaines et...

Administrator - avatar Administrator Comments 12 Mai 2011 Hits:84267 Actualité

Read more

Ouarzazate : Agence urbaine s’ouvre au p

L’Agence urbaine de Ouarzazate-Zagora lance de nouvelles études urbanistiques à l’occasion de la journée maghrébine de l’urbanisme au sein des pays de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), célébrée le 17...

Administrator - avatar Administrator Comments 12 Mai 2011 Hits:84744 Actualité

Read more

Paysage urbain du Grand Ouarzazate

Paysage urbain du Grand Ouarzazate

  Des chefs-d'œuvre en péril Une rencontre a fait le point sur la situation sur fond de projections dans l'avenir. Publié le : 01.04.2011 | 16h51 Grande animation au Palais des Congrès de...

Administrator - avatar Administrator Comments 12 Mai 2011 Hits:85434 Actualité

Read more

Ouarzazate : Un paysage urbain totalemen

Ouarzazate : Un paysage urbain totalement déclaré

GROS DÉFICIT EN MATIÈRE D’INFRASTRUCTURES LA VILLE SE CHERCHE UNE NOUVELLE STRATÉGIE Créé le 2011-04-08 09:23:14   Points: Gros déficit en matière...

Administrator - avatar Administrator Comments 12 Mai 2011 Hits:84676 Actualité

Read more

Sondage

Que pensez-vous de notre site web ?
 

Qui est en ligne ?

Nous avons 59 invités en ligne

Statistiques

Membres : 58
Contenu : 47
Liens internet : 6
Affiche le nombre de clics des articles : 649360